LA BIBLE ET LA SCIENCE

La Bible n’est pas un livre de science, c’est une révélation de Dieu sur lui-même, sur ce que nous sommes, et sur la relation entre lui et nous. Cette révélation est destinée aux êtres humains de tous les continents et de tous les temps, il faut donc que les faits scientifiques qui y sont consignés puissent être compris par tous à toutes les époques. Si dans le passé –ou de nos jours- la Bible avait présenté des faits scientifiques trop avancés pour l’époque, les hommes de ces temps-là n’auraient pas compris et ils auraient rejeté la Bible. Il ne faut donc pas s’attendre à trouver dans la Bible de grandes vérités scientifiques pour aujourd’hui.

 

Cependant, il est frappant de constater que tout ce qui, dans la Bible, se rattache à la science est extraordinairement juste. Considérant l’époque où ces faits ont été écrits, cela dépasse totalement l’entendement humain ! Nous ne citerons ici que quelques exemples.

 

Le récit de la création de l’univers au premier chapitre du livre de la Genèse :

Les cinq premiers livres de la Bible, dont la Genèse, ont été rédigés par Moïse au 14ème siècle avant notre ère. Moïse était un Hébreu qui, adopté bébé par la fille du pharaon, a grandi et vécu à la cour d’Égypte jusqu’à l’âge de 40 ans. En toute logique ses connaissances cosmogoniques auraient donc dû être celles de la mythologie égyptienne. Au lieu de cela, il nous a livré un récit de la création qui est totalement juste par rapport à nos connaissances actuelles.

 

Les scientifiques matérialistes du 19ème siècle pouvaient rire de ces premiers mots de la Bible : « Au commencement … » mais aujourd’hui, avec la théorie d’un grand « big bang » originel, l’idée d’un « commencement » est justifiée.

 

Le point qui, dans le récit biblique de la « création », a soulevé le plus de controverse est celui de la notion de « jour », le texte affirmant que le monde que nous connaissons a été créé en 6 jours. Le problème vient de ce que notre notion est celle d’un jour solaire de 24 heures. Mais dans le récit biblique, le soleil n’apparait qu’au quatrième jour, il ne peut donc pas s’agir, pour les trois premiers jours, de jours solaires ! Le mot jour dans le récit de la création peut donc indiquer une période beaucoup plus longue que 24 heures, peut-être même, une période de la durée d’une ère géologique !

 

Voici comment le récit biblique présente la création de notre monde :

 

·         Un commencement.

·         L’obscurité entourant la terre.

·         Les eaux recouvrant la terre.

·         Apparition de la lumière.

·         Émergence des continents.

·         Apparition de la végétation sur le sol.

·         Apparition des astres et division du temps.

·         Apparition de la vie, tout d’abord dans l’eau.

·         Apparition des oiseaux.

·         Apparition des animaux.

·         Apparition de l’homme.

 

Nous sommes loin ici des mythologies de l’Antiquité et particulièrement de celle de l’Égypte ! Le récit biblique de la création correspond à nos connaissances actuelles de la formation du monde ! Il est clair que Moïse à son époque n’a pas pu écrire ce récit de lui-même. Cela ne peut que lui avoir été « soufflé », c’est-à-dire « inspiré » par Dieu. D’ailleurs ce même Moïse a lui-même décrit dans la Bible sa rencontre avec Dieu, et comment Dieu lui a révélé la « Loi » devant guider le peuple Juif.

 

L'incroyable vraisemblance du récit biblique de la création vient du fait que c'est Dieu lui-même qui a créé le monde et qu'il nous a révélé les grandes lignes de sa création.

 

Quelques autres faits scientifiques dans la Bible :

 

- La terre est ronde et suspendue dans l’espace. Alors que les Grecs de l’Antiquité avaient inventé le dieu Atlas qui portait la terre sur ses épaules parce qu’ils ne pouvaient concevoir que la terre soit sans support, la Bible, bien avant leur époque, affirmait que la terre ne reposait sur rien et était tout simplement suspendue dans l’espace  (Job 26 :7).

 

- Affirmation que les étoiles sont en très grand nombre : Pour nous hommes du XXI° siècle, le nombre infini des étoiles est une évidence. Mais pour les chercheurs des générations anciennes, il en allait autrement. Hipparque en 150 av. J.C. estimait leur nombre à 1026. Ptolémée au premier siècle de notre ère en comptait 1056. Ce n'est qu'en 1610 que Galilée, armé d'un télescope, a proclamé : "Les étoiles ne sauraient être comptées !". La Bible, bien avant tous ces hommes affirmait que les étoiles étaient si nombreuses qu’on ne pouvait les compter (Genèse 15 :5 ; Jérémie 33 :22).

 

*************

 

Aucun des faits scientifiques présents dans la Bible n’est erroné. Cela fait partie de ce que l’on appelle l’inerrance de la Bible, c’est-à-dire qu’il n’y a aucune erreur d’aucune sorte dans la Bible. Quand on pense aux époques et à la façon dont a été formée la Bible, il est évident qu’il ne peut pas y avoir d’explication humaine à cela.

Nous verrons dans le chapitre suivant quelques autres points touchant à 

 

l’inerrance de la Bible